TOULOUSE NEW LOOK AVEC JEAN-LUC MOUDENC

TOULOUSE NEW LOOK AVEC JEAN-LUC MOUDENC

Devenue 5e agglomération de France, Toulouse, est en pleine transformation.
Qu’il s’agisse de rénovations, de créations, d’agrandissements, la Ville rose se
métamorphose pour mettre en lumière tous ses atouts, et elle en compte de
nombreux ! Economie, sciences, culture, démographie, tourisme, transports,
développements urbains… Toulouse est sur tous les fronts ! Le premier magistrat de la
ville, Jean-Luc Moudenc, maire de Toulouse nous a consacré une grande interview,
destinée aux lecteurs d’Hubert Magazine, dans laquelle il développe chacune de ces
grandes réalisations.

© Studio Libeskind Compagnie de Phalsbourg

 

CÔTÉ URBANISME

 

le Parc des expositions
« Toulouse est en train de construire un nouveau Parc des Expositions à Aussonne-Beauzelle,
deux communes situées à côté de l’Aéroport de Toulouse-Blagnac. Il propulsera
Toulouse au 3ème rang national pour la capacité d’accueil en matière de congrès.
Nous terminons le chantier fin février 2020, avec le parc expo lui même, un prolongement
d’une route départementale, le prolongement
d’une ligne de tramway pour le desservir et puis nous remettons l’ensemble
à GL Events qui en est l’exploitant.
Lui, procédera aux aménagements intérieurs. Le
nouveau parc sera pleinement opérationnel début 2021.
Quant à l’actuel parc des expositions situé sur l’Ile du Ramier, il va être reconverti pour
laisser place à une île dédiée à la nature, aux sports, aux loisirs avec des travaux qui démarreront en 2021. »

© Les Yeux Carrés

 

Toulouse AERO SPACE ET le B612
« A Montaudran, voici le berceau des premiers temps de l’aéronautique d’entre-deux guerres.
Nous y développons un campus dédié aux métiers de demain et à la recherche
en matière d’aéronautique, d’espace, et de systèmes embarqués.
Nous inaugurerons au mois de juin prochain, un
grand bâtiment de recherche, phare du quartier,
le B612 – en référence à l’astéroïde qui figure dans le roman « le Petit Prince » – qui
accueillera notamment l’Institut de Recherche Technologique Saint-Exupéry.
Nous allons ajouter un nouveau quartier, avec une place centrale, des logements, des
commerces et un pôle culturel, qui sera ouvert
à la fin 2018 et qui mettra en valeur le patrimoine des premiers temps de l’aéronautique
et la Halle de la Machine, la compagnie de François Delarozière. »

© Les Yeux Carrés

 

TESO Toulouse Euro sud-Ouest
« C’est le nouveau quartier Matabiau, situé autour de la Gare. Dans un premier temps,
nous procédons à des réaménagements urbains, comme la rue de Bayard déjà rénovée,
les allées Jean-Jaurès qui seront transformées en Ramblas d’ici novembre 2019.
Tout un nouveau quartier avec 300 000 m2 d’activités, avec quelques
3000 logements sera aménagé.
Ce quartier verra le jour sur une quinzaine d’années, avec en particulier la Tour d’Occitanie, qui
sera le plus haut immeuble de Toulouse, puisqu’il mesurera 150 mètres.

 

“« Toulouse,détientpratiquement avecMontpellier
d’ailleurs, le recordde croissancedémographique
depuis le début dusiècle, du pays.
Nous sommesl’agglomérationfrançaise qui créele plus d’emplois,hors Paris. Aucours des20 années
écoulées, nousavons crééquelques150 000 emplois. »”

 

C’est tout un nouveau quartier qui va être un poumon économique au coeur de Toulouse.
Actuellement, lorsque quelqu’un souhaite s’installer à Toulouse, au coeur de la
ville, on ne peut le faire qu’à travers des petites superficies de bureaux ou de commerces,
il n’y a pas de grandes superficies.
Nous allons donc ouvrir ces 300 000 m2 de locaux d’activités. »
« Sans parler de la LGV qui tarde à venir, ce quartier, déjà desservi par la plus importante
des deux lignes de métro existantes le
sera par une 3e ligne, dont les travaux commenceront
fin 2019 pour une mise en service fin 2024.
Complètement transversale, contrairement aux 2 premières et sans passer
par l’hyper centre de Toulouse, elle va unir les pôles économiques et zones d’activité
les plus importantes de la grande agglomération : Labège-Sicoval – Montaudran –
Matabiau – Colomiers, et puis tout le pôle ouest dédié à l’aéronautique, à Airbus,
avec une connexion par navette express vers l’Aéroport qui permettra de relier la
ligne métro à l’aéroport en à peine 5 minutes. Cette ligne qui a un parcours de 28 km,
aura une fréquentation supérieure à celle des lignes A et B (respectivement mises en service en 1993 et en 2007. »

© StudioMiho – AREP

 

 

CÔTÉ TRANSPORTS ET SERVICES PUBLICS

« On se doit d’accompagner cette progression démographique. D’une part par les
grands projets, comme ceux que l’on vient de citer mais aussi par des investissements
sur le quotidien. Il faut développer les mobilités. Nous sommes en train de mettre en
place un nouveau plan de déplacements urbains (PDU) dont l’investissement phare est
la 3e ligne de métro, mais pas uniquement cela. Au total, ce PDU va se traduire par un
investissement de 3,8 Milliards d’Euros d’ici à 2030. Nous sommes en train d’élaborer,
notamment avec le Maire de la Métropole,
un Plan d’Aménagement Routier Métropolitain, lui aussi à horizon 2030, dont le but
sera de développer des infrastructures routières pour mieux se déplacer. »

 

“En 2014, 7 millions de
passagers sont passés par
notre Aéroport, et en 2017,
nous avons dépassé les
9 millions. ”

© P. Nin- Ville de Toulouse

 

Favoriser les services publics de proximité

LA LGV
« C’est un projet qui nous est promis depuis 1991 par l’Etat. Nous avons avec Carole
Delga, Alain Rousset, Alain Juppé, fait des propositions de financements alternatifs que
nous avons déposé auprès du Ministère des
Transports.
Notre projet a été retenu car il a un intérêt national. A l’origine, la ligne aurait du être
prête en 2024, çà ne sera pas le cas et je
l’entends puisqu’aucun travaux n’a été commencé. Cependant, je ne peux accepter que
Toulouse, 4e ville de France soit la seule capitale
régionale à ne pas disposer d’une ligne à grande vitesse. »

UNE LIGNE DIRECTE VERS UNE GRANDE VILLE DE CHINE ?
« Du côté de l’Aéroport, notre 3e position derrière Lyon et Nice, et devant Marseille,
en termes de fréquentation, conforte notre dynamisme. Nous nous battons actuellement
pour avoir une ligne directe avec une ville importante de Chine. Tout cela doit se
concrétiser car pour l’instant, la seule porte d’entrée accessible d’un habitant de Chine
qui se rend en France, reste Paris. Nous souhaitons être cette seconde ville et la première de province. »

 

© Les Yeux Carrés

 

CÔTÉ PATRIMOINE

« Le patrimoine de Toulouse me tient particulièrement à coeur. Toulouse doit faire valoir
ses atouts patrimoniaux. Nous conduisons un certain nombre d’aménagements urbains
pour transformer le centre historique. Nous sommes en train de refaire la rue Gambetta
qui sera terminée fin 2018, la place du Salin également. Nous refaisons tout le plateau autour
de la Gare, avec une mise en valeur du parvis de la Gare. Le chantier sera achevé
fin 2019. Nous rénovons la place Saint-Sernin pour mettre en valeur sa basilique, qui est
l’un des points forts de l’attractivité touristique de la ville. Nous rénovons la deuxième basilique
de la ville qui n’a jamais été rénovée depuis sa création, il y a 2 siècles et demi,
qui est la basilique de la Daurade. Nous rénovons aussi en ce moment la place gourmande
de Toulouse, la place Victor Hugo, avec une triple rénovation : celle du parking,
quasi-terminée, celle du marchée déjà entamée et celle des alentours. Tout cela sera terminé
en novembre 2019. Nous nous sommes attelés aussi à la rénovation des
Berges de la Garonne avec plusieurs mises en valeur. Tout d’abord la place Saint-Pierre,
place emblématique de Toulouse, le port de la Daurade, le port Viguerie, le port de l’Embouchure.
Et maintenant, nous commençons la rénovation du mur digue de briques de
Saget. Nous sommes en train d’aménager également la pointe de l’Ile du Ramier qui
sera prête à la fin de cette année. Un endroit axé sur la nature.
Dernier point de rénovation forte, c’est le Dôme de la Grave qui est en cours de restauration.
Nous avons créé un jardin public à côté. L’idée étant de faire un lien avec le
jardin Raymond VI. La Grave, c’est le début d’un projet culturel que je souhaiterais voir
devenir une cité des arts.

© AREP

 

CÔTÉ CULTURE

« Nous comptons, rien que pour le cinéma, pas moins de 27 festivals ! Et nous avons d’ailleurs
la deuxième cinémathèque de France. Nous avons un panel d’équipements culturels,
considérable. Nous avons fait le choix d’avoir un orchestre, un opéra, parmi les tous premiers
en France. En matière musicale, nous avons des groupes, des jeunes qui connaissent un grand succès au niveau national.
Nous avons aussi un amour de la culture scientifique. Toulouse est une ville d’étudiants, de chercheurs. La science fait partie
de l’identité toulousaine : La Cité de l’Espace, a battu son record de fréquentation
en fêtant ses 20 ans l’an dernier. Le Museum d’Histoire Naturelle, le 2e de France, par
son ancienneté et l’ampleur de ses collections contribue aussi à cette identité. »
« Sans oublier l’ESOF (EuroScience Open Forum), qui se déroule en juillet, dont la candidature
a été admirablement portée par le Docteur Anne Cambon Thomsen, directrice
de recherche au CNRS. Une première nationale puisque Toulouse est la première ville
française à avoir été choisie pour recevoir cet événement d’ampleur mondiale, ce qui
permet à la Ville Rose de devenir Cité Européenne de la Science. C’est une grande fierté pour tous les toulousains et toulousaines ! »

© P. Nin- Ville de Toulouse

 

LES AUTRES PROJETS

L’ONCOPOLE, L’ARRIVÉE D’UN TÉLÉPHÉRIQUE
« Zone d’activité économique dédiée à la lutte contre le cancer, l’Oncopole est spécialisé
dans le secteur de la santé en général. Il y a déjà 4 000 personnes qui travaillent à
Langlade. Nous poursuivons le développement de cet espace puisqu’il a un potentiel
énorme, de près 220 hectares. C’est ainsi qu’en 2017, l’Etablissement Français du
Sang s’y est installé. Egalement, s’est établie une plate-forme de radiothérapie de dernier
cri. Aussi, nous avons posé en 2017, la première pierre d’une clinique de soins de suite,
Korian, une clinique privée qui verra le jour à la fin 2018. Il y a une plate-forme, autrefois
propriété de Sanofi, qui a été reprise par Evotech, où des start-ups sont en cours de développement.
Nous prévoyons de desservir l’Oncopole par un téléphérique ultra-moderne,
dont les travaux commenceront en 2019. Il reliera l’Oncopole, le CHU de Rangueil et l’Université de Paul Sabatier. »

 

TOULOUSE, UN POUMON VEGETAL

« Développer la qualité de la vie de nos citoyens,
c’est aussi profiter d’espaces verts.
Nous sommes engagés dans un plan de développement
de ceux-ci. L’objectif, est d’ici
2020, d’avoir augmenté de 10 %, la surface
des espaces verts mis à la disposition
des toulousains, soit par la création de
85 hectares d’espaces verts. »

 

CÔTÉ TERROIR

« Toulouse est très riche de son terroir, notamment grâce à ses chefs de talent récompensés
de prestigieuses Assiettes d’Or du Guide Hubert. Nous sommes, grâce à l’apport
du Languedoc-Roussillon, la première région viticole de France et d’Europe et une
capitale du bien manger, du bien boire et du bien vivre qui correspond à notre image
et à la douceur de notre climat.
Nous avons également quelque chose de
sympathique, le « N°5 WINE BAR » rue de
la Bourse, primé en 2017 comme meilleur bar à vins du monde.
Le Grand Marché de Toulouse aussi, qui a
été repris par les professionnels de Rungis,
depuis l’an dernier, est aussi un acteur
phare de notre culture gastronomique. »

 

“Entre Montaudran et les premiers temps de
l’Aéronautique, Aéroscopia à Blagnac, l’aéronautique
d’après la seconde guerre mondiale, et la Cité de l’Espace,
nous serons les seuls à proposer un continuum sur cette
thématique là. C’est une carte de visite touristique assez
unique au Monde. ”

Comments

comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.