STEPHANE DELIGNY ARCHITECTURE, RÉHABILITATION ET CRÉATION

STEPHANE DELIGNY ARCHITECTURE, RÉHABILITATION ET CRÉATION

Un envol sur le paysage

Nougaro l’a chanté comme personne. Toulouse, la ville connue de par le
monde pour son fameux Stade Toulousain, sa violette, sa brique rose,
et non loin son bleu pastel…fait la part belle aux couleurs. Cette
palette nous l’avons aussi d’un point de vue architectural. Grâce aux
talentueux architectes de la Ville rose, c’est toute sa beauté qui est, au travers
de ses réalisations architecturales, mise en avant. Des écologiques aux
traditionnelles, en passant par les typiquement toulousaines ou les plus
contemporaines, originales et design, nos demeures ont toutes un charme et
une identité qui leur est propre.
Quelques unes d’entre elles sortent pour ainsi dire « du lot ». Et dans cette
catégorie, Stéphane Deligny, architecte DPLG occupe une place de choix.
Découvrons dès à présent son parcours et l’une de ses réalisations

“Très vite le parti d’organiser et de fédérer la maison
sur la vue fut essentiel. Stéphane Deligny proposait de
suite à ses clients, d’ouvrir complètement la maison sur
le paysage. ”

 

ARCHITECTE ET ARTISTE-PEINTRE
C’est en 1998, à l’ESA de Toulouse que Stéphane Deligny obtient son diplôme d’architecte.
Rapidement, il créé son agence et ce sont de grands projets qui vont jalonner son parcours.
On retiendra notamment, l’extension de la Station de la Pierre-Saint-Martin
(64) pour laquelle il a été lauréat.
Au coeur de Midi-Pyrénées, il réalise en 2001 la Maison de l’Architecture de Midi-Pyrénées.
En 2004, c’est en tant qu’associé lauréat qu’il réalisera la bibliothèque universitaire des
sciences à l’Université Paul Sabatier de Toulouse.
Quatre ans plus tard, Cadours fait appel à son talent pour la réalisation du collège de la ville.
En 2010, pour récompenser son travail, Stéphane Deligny se voit remettre le Prix Emergence Technal pour une réalisation
à Buzet sur Tarn.
Si l’architecte se passionne aussi pour le vin et la peinture, il nous
fait découvrir sur ce numéro une nouvelle réalisation : la réhabilitation complète d’une maison de ville des années 60.

 

LE PROJET
Pour cette réalisation signée Stéphane Deligny qui offre une surface de 250 m2 habitables,
et dont le chantier a duré un peu plus d’un an.
Au départ, les propriétaires souhaitaient simplement une extension.
Il s’agissait de reprendre la maison en ajoutant une extension sur
l’arrière mais très vite le parti d’organiser et de fédérer la maison
sur la vue fut essentiel. Stéphane Deligny proposait de suite
à ses clients, d’ouvrir complètement la maison sur le paysage,
en ajoutant un volume surplombant la pente, encore une terrasse- balcon et une piscine. «
comme si le choix venait de l’extérieur, et devait faire écho à l’intérieur »
Pour l’architecte toulousain, ce fut un réel bonheur de travailler avec
un couple qui a su prendre son temps pour bien définir le projet, pour faire les bons
choix, qui aura préférer travailler étape après étape pour que chaque produit,
chaque matériau, chaque choix soit en cohérence avec leur projet, leurs envies et un réel aboutissement.
L’escalier extérieur fut enveloppé par la façade vitrée et devint l’escalier de la maison.
Au fil des marches, la vue incroyable se dévoile pour progressivement nous accompagner
au salon de l’étage véritable belvédère sur le Lauragais.
Tous les planchers ont été repris en bac collaborant, suite à l’extension et à la réhabilitation
totale de la maison, les propriétaires ont désormais en rez-de-chaussée, un premier
séjour, avec une cuisine mais bénéficient également d’une pièce de vie offrant une vue imprenable sur le paysage.
Ici, le vis-à-vis est dominant et a l’avantage de préserver l’intimité des habitants sans leur faire
subir les inconvénients de vue.
Située face à l’aéroport de Montaudran, le panorama sur la plaine lauragaise est saisissant.
Les jeux de vitrages placés à la perpendiculaire, de reflets, en continuité de l’intérieur,
offrent des images quasiment abstraites.
Côté coloris, ce sont les tons naturels comme le marron-bois, ou le noyer brut pour la cuisine,
le granit noir du Zimbabwe ou encore les peintures noire anti-traces qui ont été sélectionnées
pour vêtir l’intérieur.
Pour finir d’habiller l’habitation, les rideaux ont un rôle de choix.
Stéphane Deligny y accorde une place prépondérante dans sa réalisation.
Comme une seconde peau, ils sont traités toute hauteur pour un effet drapé. Ils
donnent l’idée d’un rafraîchissement naturel,
ils habillent et intimisent la maison. L‘isolation extérieure bardée de tôle ondulée assure une bonne
stabilité thermique par inertie des masses thermiques intérieures. Le
mur de l’ancien escalier extérieur, passé dedans, agit devant
les baies comme un mur trombe auto-chauffant.
Manquent aujourd’hui les brise-soleil verticaux
en structure métallique sur la façade sud, pour permettre le bon
réglage de ces apports solaires passifs, prévus pour les beaux jours…

“Ici, le vis-à-vis est
dominant et a l’avantage
de préserver l’intimité des
habitants sans leur faire
subir les inconvénients de
vue ”

Comments

comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *