PIERRE SEBASTIEN FENIX TOULOUSE HANDBALL

PIERRE SEBASTIEN FENIX TOULOUSE HANDBALL

LE TALENT NE SUFFIT PAS, DORMIR EST PRIMORDIAL !

1964 voit la naissance du club toulousain de handball grâce aux établissements
aéronautiques toulousains sous l’appellation A.S.E.A.T. (Association
Sportive des Etablissements Aéronautiques Toulousains). Au fil de
son histoire, le club sera connu sous plusieurs noms dont Stade
Toulousain ou encore Sporting Toulouse 31. En 2011, il devient
le FENIX Toulouse Handball. En 2012, l’arrivée de Philippe
Dallard signe une nouvelle ère pour le club. Avec l’envie de
se développer toujours plus et montrer le meilleur de son
équipe, le FENIX a su s’entourer de joueurs au potentiel
audacieux sans oublier d’y intégrer des jeunes qui ont
l’étoffe de grands joueurs en devenir. Depuis de nombreuses
années déjà, c’est sous l’oeil attentif et la bienveillance
du « Doc », Pierre Sébastien, que l’équipe du
FENIX évolue. Pour Hubert Magazine, il répond à nos
questions.

 

QUESTIONS À PIERRE SÉBASTIEN, MÉDECIN DU FENIX TOULOUSE HANDBALL

Vous êtes à la fois médecin de l’équipe du
FENIX et de l’équipe de France de handball, comment
organisez-vous votre emploi du temps ?
Je ne suis pas que ça. Je suis aussi médecin en centreville
de Toulouse dans un cabinet privé et je suis également
présent dans une clinique dans un service de médecine
du sport. C’est quand même une grosse
organisation. Après, il y a quelques incontournables,
lorsque je suis avec l’équipe de France, tout est bien planifié
sur l’année, les périodes sont donc bloquées. Quant
au FENIX, j’y passe régulièrement, une à deux fois par
semaine en plus des jours de match mais là aussi c’est
prédéfini. Ensuite, j’organise mon temps libre pour travailler
dans mon cabinet médical. Ce n’est pas si compliqué
que cela, je m’organise même si j’ai des journées
bien remplies.

 

Expliquez-nous votre rôle, vos actions auprès de l’équipe toulousaine.
Il y a plusieurs rôles. Tout d’abord, le quotidien qui passe
par le traitement des éventuelles blessures, les soins et le
suivi, car il y a tout une organisation derrière. Lorsqu’un
joueur se blesse, je le reçois, j’essaie de faire un diagnostic,
aidé des soins d’imagerie et je décide du traitement
nécessaire. Une fois que le cadre est posé, il y a le
suivi de la blessure qui souvent est fait conjointement
par le kiné Hervé FOURNIER et Maxime
ALTENHOVEN,le préparateur physique. Sur les blessures
un peu compliquées, on distingue le moment de soin
kiné pur et dur, le moment où nous travaillons tous ensemble,
suivis de la réathlétisation qui passe donc par
la préparation physique et nous terminons par le retour
sur le terrain du joueur. Cela représente le gros du travail
sur l’année. Il y a aussi un travail plus administratif qui
est moins attractif dans lequel tous les ans on renforce
d’existence toute une série de tests qui sont demandés
par la fédération et la ligue nationale. Nous devons
donc mettre tout cela en place avant le début de saison,
cela se fait généralement en août. Il a donc une importante
quantité de travail à ce moment-là. Ensuite, je suis
là bien évidement tout au long de l’année et pendant les
matchs car la présence d’un médecin est obligatoire.

 

Chaque sport requiert des compétences particulières.
Quelles aptitudes physiques sont
essentielles pour le handball plus particulièrement
et comment les développer ?
Le handball est un vrai sport qui devient un sport de
contact. Au départ, c’était certes un sport de contact
mais il y avait beaucoup d’évitement. L’évolution s’est
faite vers des grands gabarits, de plus en plus costauds
et qui vont de plus en plus vite. Je pense que la qualité
première du joueur de handball est l’explosivité, c’est-àdire
des appuis très courts et rapides qui permettent de
développer de la puissance, qui leurs donnent de la vitesse.
Cette vitesse-là, nous la travaillions au côté de leur
force pour avoir le maximum d’efficacité sur le terrain.

 

Selon vous, quelles règles de vie faut-il suivre
en tant que sportif de haut niveau pour maintenir
le cap lors de périodes plus intenses sportivement ?
J’ai longtemps appelé ça « l’entrainement invisible ». En
général on pense que les sportifs de haut niveau ou professionnel,
s’entrainent 2 heures par jour et puis que la
journée est terminée. Ce n’est pas vraiment ça, d’abord
parce qu’ils ont plus que 2 heures d’entrainement, ils
ont 2 heures le matin et autant l’après-midi. Au-delà, il y
a beaucoup de règles qui passe essentiellement par la
récupération mais aussi l’alimentation ou encore l’hygiène
de vie générale qui doivent être respectées pour
exploiter au mieux les qualités physiques qu’ils travaillent
au quotidien. Pendant les recharges de travail, le sommeil
est sûrement le paramètre principal de la récupération.
Ce sont des personnes qui font attention à tout cela vraiment
tous les jours et tout le temps. Ils se laissent rarement
aller et c’est de loin la clé du succès. Le talent ne suffit pas.

 

Alvaro Ruiz Sanchez qui
porte le maillot extérieur
55 €

Nemanja Ilic et Pierrick
Chelle avec les maillots
du club – 55 €

Gaël Tribillon prend la pose
habillé du maillot du club
55 €

BIO EXPRESS PIERRE SEBASTIEN

• Né en Algérie en 1960
• 1962 : Arrivée à Toulouse
• Depuis 1999 : Médecin de l’équipe des FENIX
• Depuis 2004 : Médecin de l’équipe de France de Handball

 

FENIX Toulouse Handball
Palais des Sports
André-Brouat
3, rue Pierre Laplace
31000 TOULOUSE
Tél. : 05 61 22 42 67
www.fenix-toulouse.fr

Comments

comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.