ANDRE BONET

Le magicien des lettres

Je vais vous donner un bon
conseil : si vous désirez
rencontrer André Bonet, rendezvous
en pays Catalan, éventuellement
à Paris, cherchez le lieu où sont réunis
des livres et leurs auteurs.

Et là, immanquablement, vous tomberez sur un
petit homme à l’apparence discrète, mais au rire
éruptif, un regard pénétrant derrière de sévères
lunettes, téléphone portable toujours en main.
Avec parfois des absences : l’homme est ailleurs,
perdu dans ses pensées, occupé à concocter
quelques nouveaux projets. Car ce fou de livres,
de littérature, d’écrivains, de mots, caresse une
idée à la seconde : créer un prix, inviter un tel,
initier un événement, vous faire rencontrer une
personnalité du monde des livres.
Alors qu’il se destinait à enseigner les lettres, les
hasards de la vie l’ont amené à vivre dans deux
mondes très différents : celui des livres et celui de
la banque ! Malgré les sollicitations, il n’a jamais
quitté sa Caisse d’Epargne ; et il n’a jamais non
plus été infidèle à sa création de jeunesse (21 ans
!), le Centre Méditerranéen de la Littérature né
en1982. Une institution qui a vu défiler les plus
grands auteurs, qui les a primés, à commencer
par celui qui a ouvert le ban, Hervé Bazin, écrivain
célébrissime à cette époque et qui a répondu
à l’invitation d’un jeune inconnu vivant au fin fond
de la France (Perpignan) ne représentant que luimême,
ses rêves et ses passions.
Alors, André Bonet, un magicien des lettres ?
Quelque part, certainement.


Le magicien des lettres
Mais une magie faite d’esprit, de recherche, de
réflexion, d’humanisme, de foi personnelle,
d’oecuménisme, d’intérêt pour l’Autre. Des ingrédients
qui lui ont permis de créer des prix comme
celui des Spiritualités (et qui a couronné un ouvrage
du Dalaï-Lama, que bien sûr notre homme
a fréquenté), ou celui du prix Folire attribué par
les patients de l’hôpital psychiatrique de Thuir,
aidé par les détenus de la maison d’arrêt de Perpignan.
Quant, sa frénétique activité lui en laisse le temps,
André Bonet se laisse aller à une retraite spirituelle
à l’abbaye d’En Calcat, écrit quelques livres
sur la vie des saints, combat l’exclusion et la perte
de dignité à travers son ouvrage « Les Insurgés de
la Pauvreté », voire rêve à Venise et à la création
d’un prix littéraire dont la Sérénissime serait le
cadre…
Mais chut, cela, c’est la prochaine aventure, et
nous en reparlerons !
Jacques Lavergne

• Retrouvez André Bonet à travers le podcast
de l’émission Cap e Cap que lui a consacrée
Jacques Lavergne le 24 juin 2019 sur la
radio web Esprit Occitanie.

Comments

comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.